Memories Look At Me

Memorieslookatme1

Chine 2012.  Réalisateur: Song Fang, Scénariste: Song Fang

Une trentenaire célibataire retourne vivre dans l’appartement de ses parents grisonnants à Nanjing en vue de renouer avec ses proches. C’est une famille très complice, connectée par un amour et un respect inconditionnel. Ils parlent, mangent, rient et évoquent le passé ensemble. Ils prennent soin les uns des autres, s’entraident et s’inquiètent les uns pour les autres. « Combien de temps vas-tu vivre seule? », demande la mère. Les inquiétudes personnelles de la fille ne sont pas relatées mais elle écoute calmement les discours poignants de son entourage relatifs à la perte et ses conséquences, de plus en plus fréquente et familière due à leur vieillissement. Une intimité physique et émotionnelle parcourt le film: Il est tourné quasiment entièrement dans le petit appartement – La seule scène en dehors de l’appartement est tournée dans l’habitacle d’une voiture; on y voit la fille tendrement épiler les sourcils de sa mère et nettoyer les oreilles de son père, puis; ses parents et son frère endormis, vulnérables. Mais cette intimité n’est pas étouffante. La bande originale (Il n’y a pas de musique) ouvre l’appartement aux bruits de la vie extérieure et Song nous donne le temps et l’espace nécessaire à la réflexion: Les plans sont fixes, les personnages ne parlent pas directement à la camera mais font partie de la composition – Une fois ou deux ils parlent ensemble en dehors du champs, pendant qu’elle se concentre sur une partie de la pièce ou une modeste possession.

Memorieslookatme2

Song nous rappelle à quel point le temps nous échappe « Cela fait-il dix ans qu’il est mort? » et évoque subtilement le cycle de la vie et de la mort ainsi que les actions et émotions qu’il engrange. Les souvenirs y sont essentiels. Même s’ils sont parfois un crève-cœur, ils unissent la famille et aussi d’une certaine façon apporte une base d’acceptation philosophique.  On nous rappelle également à quel point l’ordre naturel peut être rompu, comme lorsque “Le vieux Li” l’ami des parents perd sa fille. Song et sa famille, y compris son attachante nièce, jouent leur propre rôle – Humble et réel. C’est un film universel, rendu d’autant plus unique, puissant et émouvant par une sensibilité féminine. Il est également très généreux, et nous laisse avec un sentiment de réconfort.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s